Ces vanités dont tu raffoles
Impénitent que tu es
Trompent ton ennui
Et broient ta douleur
Dans une sérénité superficielle
Tu as un clou dans le cœur
Et du venin dans les veines
Tu souris toujours lorsque tu chantes
Que rien n’a d’importance
C’est fou ce qu’un poison peut résoudre
Plus de peur, plus de…
Et la noirceur à l’intérieur
Ne te quittera plus jamais
Ce n’est pas grave, dis-tu
Ce n’est jamais que toi
Un esprit effrité
Un corps lacéré
Dans le secret, elles brûlent tes paupières
Mais ici, tu ris encore
Insensible à l’ignominie
Aveuglé par leurs rictus
Encore une autre âme perdue
Par ces douceurs irréelles
Tu sais que tu pourrais être n’importe qui
Mais tu n’as ni nom ni visage
Juste une silhouette déliée
Enlacée par le néant
Et un aura délétère
Tu sais, ils ne vendent que des mensonges
Qu’ils fondent sur ta langue
Pour apercevoir la lumière
C’est un piège
Il est trop tard aux premiers rayons
La peau marquée de pourpre
Qu’as-tu fais de tes souvenirs
Désenchanté
Maître de l’oubli
Poussière de tes os
Rouge vif sur les draps blancs
Ce n’est pas toi, crois-tu
Damné
Tu entends le soupir de tes ancêtres et
Les cris de tes créateurs
Une brume acide
Aveugles pendant si longtemps
Ils arrivent trop tard
Les loups sont déjà là
Déchirant ta chair
Dans le hurlement de la nuit
Tu en redemandes
Se mouvant à leur recherche
Les ténèbres elles aussi n’ont pas de nom
Elles viendront à toi
Si tu les laisses entrer
Les mélodies et les sirènes
Sensuellement dans ton bras
Plus de peine, plus de…
Je crois que la folie n’a pas de nom
C’est chimique
Comme si la raison
Était une idée sensible
Dans notre monde matériel
Ils n’ont jamais rien su de toute façon
Des autres voies
Des autres voix
Ce n’est pas grave, crois-tu
Ce n’est que toi
Tu es mort et tu es revenu
Mille fois
C’est la nature de tous
Vil et sadique
Ils n’étaient pas mauvais, dis-tu
Juste humains
Derrière un masque
Où se cachent les marques
Comme celles que tu possèdes
Celles que tu t’infliges
Cicatrices d’un autre temps
Mais vivant
Rêvant d’une autre chance
Peut-être une prochaine fois
Demain peut attendre
Il l’a toujours fait
Et en patientant encore, elles sont toutes là
Elles le seront toujours
Publicités